DÉCOUVRIR
LA POLICE NATIONALE

COURAGE
DÉVOUEMENT
INTÉGRITÉ

SONT LES VALEURS DE LA POLICE NATIONALE.

La Police nationale est au service de tous.
Les femmes et les hommes qui la composent sont engagés avec détermination et courage.
La confiance et le respect des citoyens reposent sur leur intégrité.
Les policiers sont en phase avec la société et leur dévouement est total.

DÉONTOLOGIE

Tous les policiers sont soumis à un Code de déontologie. Ils respectent ce code lorsqu’ils exercent leurs missions, mais aussi quand ils sont hors-service. Les policiers restent dignes, impartiaux et intègres en toutes circonstances et adoptent un comportement exemplaire. Ils font preuve de loyauté envers les institutions républicaines et sont garant de l’ordre et de la paix publics. Ils exercent leurs missions dans le respect absolu des personnes et ont un devoir d’assistance et de protection des individus et de la collectivité. Ils ont également une obligation de réserve et sont astreints au secret professionnel.

MISSIONS

Protéger chacun de vous, intervenir et enquêter sont les missions principales des policiers, afin de préserver ce bien précieux qu’est la paix publique.
C’est un métier exigeant. De cette exigence, les policiers tirent leur force.
La Police nationale est engagée dans le domaine de la prévention, du renseignement, de l’ordre public, de l’investigation judiciaire, de la sécurisation des frontières, de la coopération internationale et de l’intervention sur l’ensemble du territoire national.
Elle se spécialise et compte plus de 100 métiers d’excellence.

PRÉSENTATION
DE LA POLICE NATIONALE

FOIRE AUX QUESTIONS

DÉONTOLOGIE

  • La Loi n° 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (loi dite loi Le Pors) prévoit que les mentions inscrites au bulletin n°2 du casier judiciaire doivent être compatibles avec l’exercice des fonctions envisagées.

    Dans tous les cas, une enquête de moralité est effectuée sur tous les candidats ayant réussi les sélections et concours. Cette dernière viendra décider, au cas par cas, de la compatibilité de la moralité de ces derniers avec l’exercice du métier de policier.

  • Le port de tatouages, de la barbe et autres accessoires ne doit pas porter préjudice à la sécurité des policiers et ne doit pas contrevenir aux obligations déontologiques de neutralité, d’impartialité, de dignité et d’exemplarité.

    Les tatouages ne doivent pas constituer un signe manifeste d’appartenance à une organisation politique, syndicale, confessionnelle ou associative. Ils ne doivent pas porter atteinte aux valeurs fondamentales de la Nation. Ils ne doivent pas non plus dénaturer ou compromettre la relation du policier avec les usagers.

    Les coupes de cheveux, barbes et moustaches doivent rester courtes, soignées entretenues, sans fantaisie et compatibles avec le port des coiffes de service. Pour les femmes aux cheveux longs, le chignon est la coupe réglementaire pour des raisons de sécurité.

    Quant aux anneaux, piercings, pierres précieuses, métaux incrustés ou implants sous la peau, ils sont interdits, en raison du danger qu’ils représentent pour le policier lors d’interventions nécessitant la force.

  • Les personnes qui ont réussi le concours ou la sélection font l’objet d’une enquête administrative qui consiste à vérifier leur bonne moralité. Les éléments de cette enquête conditionnent l’agrément du préfet territorialement compétent.

CONCOURS ET SÉLECTIONS

  • Vous devez être titulaire du baccalauréat le jour de la première épreuve organisée pour l’admissibilité.

  • Vous devez être titulaire du diplôme demandé, soit BAC +3 pour les officiers et BAC+ 5 pour les commissaires au 1er jour d’entrée en école de police.

  • Les carrières au sein de la Police nationale en qualité de policier et de police technique et scientifique nécessitent d’être de nationalité française. En revanche, les concours de la filière administrative sont ouverts aux personnes possédant la nationalité française, ou celle d’un État membre de la Communauté européenne. Il est possible de se présenter aux concours externes de la police avec la double nationalité.

  • On entend par équivalence de diplôme le fait de justifier d’au moins trois ans d’activité dans la même catégorie socioprofessionnelle que celle de l’emploi postulé ou deux ans pour les titulaires du diplôme directement inférieur. Pour le concours de gardien de la paix, sont admis en équivalence du bac, trois ans d’activité dans les métiers de la sécurité pour une personne sans diplôme ou deux années avec un diplôme national du brevet, du CAP ou du BEP. Retrouvez le guide des catégories socioprofessionnelles sur le site de l’INSEE, catégorie 53.

  • Il est possible de passer les concours de la Police nationale avec un diplôme étranger reconnu par les autorités françaises. Les candidats en possession d’un diplôme étranger sont invités à consulter le site du centre national d’études pédagogiques (ciep) pour se renseigner sur le niveau d’étude auquel correspond leur diplôme international.

  • Les militaires, les pompiers de Paris et de Marseille, ainsi que les gendarmes peuvent bénéficier de dispositifs dérogatoires pour entrer dans la Police nationale, ainsi que les personnes bénéficiaires des emplois réservés selon la LOI n° 2008-492 du 26 mai 2008 relative aux emplois réservés et portant dispositions diverses relatives à la défense.

    Le détachement / article L. 4139-2 du code de la défense

    Vous êtes militaire en activité et vous détiendrez à la date de votre détachement effectif l’ancienneté de services militaires correspondant à votre statut (soit 10 ans de services militaires en qualité d’officier, soit 15 ans de services militaires dont 5 ans en qualité d’officier – pour un sous-officier, 10 ans de services militaires).

    Pour vous informer et constituer votre fiche et dossier de candidature, adressez-vous à votre centre d’orientation et de reconversion.

    Vous êtes militaire en activité ou militaire libéré depuis moins de 3 ans et vous avez accompli au moins 4 ans de services militaires.

    Vous êtes éligible au dispositif des emplois réservés. Aussi, contactez votre centre d’orientation et de reconversion. Un conseiller en emploi vous aidera à renseigner votre passeport professionnel et vous proposera une orientation adaptée à vos compétences et souhaits.

    Tous les renseignements utiles via les liens suivants :
    https://www.defense-mobilite.fr
    http://www.gouvernement.fr/cnoi-la-procedure-l4139-2

  • Les conditions pour se présenter aux sélections et concours de la Police nationale n’imposent pas de critère de taille, ni de poids.

  • Chaque candidat fait l’objet d’une visite médicale. Seul le médecin agréé, lors de la visite médicale sera habilité à déterminer l’aptitude physique du candidat à un emploi au sein de la Police nationale. Le candidat doit répondre au profil SIGYCOP requis.

  • Corps actif :
    Les conditions d’accès aux sélections d’adjoint de sécurité et aux concours de corps actifs de la Police nationale (gardien de la paix, officier et commissaire) imposent une limite d’âge, qui varie en fonction du corps. Certaines dérogations existent. Néanmoins, aucune dérogation n’est prévue par les textes pour le recrutement d’adjoint de sécurité et pour les cadets de la République.

    Corps technique et scientifique :
    Il n’y a pas de limite d’âge pour présenter les concours de la police technique et scientifique.

  • La limite d’âge est de moins de 35 ans au 1er janvier de l’année du concours. Elle peut être reculée par dérogation, sans pouvoir excéder 37 ans au 1er janvier de l’année du concours, d’un an par enfant à charge, par personne handicapée à charge, par enfant élevé pendant neuf ans avant qu’il n’ait atteint son seizième anniversaire. Il n’y a pas de limite d’âge pour les mères et pères de trois enfants et plus, aux personnes élevant seules un ou plusieurs enfants et aux sportifs de haut niveau.

  • La passerelle police (gardien de la paix) / gendarmerie (sous-officier) est la seule existante. Elle ne concerne que les policiers et gendarmes en activité.

  • Seuls les stagiaires gardiens de la paix, officiers et commissaires de police ayant été reconnus aptes et possédant le permis de conduire (catégorie B) sont titularisés. Il est donc préférable d’obtenir le permis de conduire, soit avant l’obtention du concours, soit pendant la formation en école de police. Passer le permis lors de la première année d’affection fait prendre le risque de ne pas être titularisé en cas d’échec.

  • Tout sportif est déclaré sportif de haut niveau lorsqu’il est inscrit sur une liste éditée par le ministère des sports (accès à la liste). Si votre nom n’apparaît pas sur la liste, rapprochez-vous de la fédération sportive. Définition d’un sportif de haut niveau.

  • Il est conseillé de contacter le service où le dossier a été déposé pour les informer du changement de domicile. Pour les inscriptions en ligne, si l’opération n’est pas encore validée, il est toujours possible de modifier l’adresse avant validation définitive. Si elle est déjà validée, il faut envoyer un mail à l’adresse précisée dans le module d’inscription en ligne et la demande sera transmise au Secrétariat général pour l’administration du ministère de l’intérieur / service administratif et technique de la Police nationale (SGAMI et SATPN) concerné.

  • Les ADS sont recrutés sous la responsabilité des préfets ou hauts fonctionnaires de zone de défense et de sécurité (ou du préfet de police des Bouches-du-Rhône pour ce département) à qui il revient d’agréer les candidatures retenues par la commission de sélection.

    Autrement dit, la sélection d’un(e) candidat(e) ne saurait engager que le préfet ou le haut fonctionnaire de la zone dans laquelle il (elle) a postulé. Il n’est pas possible de transférer sa candidature dans une autre zone. Il (elle) doit obligatoirement déposer un nouveau dossier de candidature et repasser toutes les épreuves de sélection.

    Les recrutements n’étant pas simultanés au sein de tous les SGAMI et SGAP, un candidat peut déposer à des dates successives un dossier au sein de plusieurs SGAMI.

    En revanche, un(e) candidat(e) ne peut être agréée dans plusieurs SGAMI en même temps, En cas de réussite aux deux recrutements, le(la) candidat(e) ne pourra se positionner que dans un seul vivier. Il(elle) devra donc choisir quel recrutement il (elle) souhaite conserver.

FORMATION

  • Gardien de la paix :
    Il y a généralement plusieurs incorporations par an en école de police. Les dates ne sont pas connues à l’avance. Les incorporations dépendent entre autres des capacités d’accueil des écoles. Les candidats sont informés individuellement par courrier de leur date d’incorporation. Passé un délai de quinze jours, les candidats qui n’ont pas fait connaître leur décision sont informés par lettre recommandée avec accusé de réception que, à défaut de réponse dans un délai supplémentaire de quinze jours, le cachet de la poste faisant foi, ils seront réputés à renoncer au bénéfice du concours.

    Officier de police :
    Chaque année au mois de janvier après la réussite au concours.

    Commissaire de police :
    Chaque année au mois de septembre après la réussite au concours.

  • Adjoint de sécurité :
    La circulaire NOR INT C 1502377 du 29 janvier 2015 relative au recrutement des ADS précise qu’au « moment de son inscription, chaque candidat doit émettre un ou des vœux d’affectation : jusqu’à 3 choix, classés par ordre de priorité, parmi les départements situés dans le ressort de la zone de défense et de sécurité de Paris ou du SGAMI concerné ».
    Lors de l’ouverture d’un recrutement, les SGAMI précisent les départements pour lesquels le recrutement est ouvert.
    Néanmoins, un(e) candidat(e) peut choisir un département pour lequel aucun recrutement n’est prévu, il risque cependant d’attendre plus longtemps son incorporation.

    Gardien de la paix, officier et commissaire de police :
    Les élèves qui, à l’issue de la scolarité, ont satisfait aux épreuves d’aptitude, sont nommés stagiaires. Leur affectation est en fonction de leur rang de classement en fin de scolarité et des postes proposés par l’administration.

  • Cela dépend du rang de classement de l’élève gardien de la paix. Mieux il sera classé, plus de choix il aura dans les postes et secteurs qu’il souhaite.

  • Les structures de formation qui proposent un internat se trouvent sur la liste suivante : http://www.lapolicenationalerecrute.fr/Concours-et-selections/Cadet-de-la-Republique/Inscriptions

    Il n’y a pas d’hébergement prévu pour les personnes retenues pour être cadet de la République sur les départements 75, 92, 93, 94.

  • Si le candidat est retenu pour le dispositif, la structure de formation de la Police nationale se charge de toutes les formalités avec les lycées professionnels.

  • Le jury d’aptitude professionnel se réunit en fin de scolarité et analyse les résultats obtenus dans les différentes épreuves ainsi que le comportement des élèves pendant leur scolarité. Ce jury peut décider qu’un élève est apte ou non à être nommé stagiaire. Seul le jury pourra décider du redoublement de sa scolarité. Si tel est le cas, l’élève effectue des tâches administratives au sein d’une école, dans l’attente d’un rattachement à une nouvelle promotion. Il est appelé à suivre intégralement une nouvelle formation en école de police.

  • Les élèves policiers bénéficient de leurs week-ends. Ils peuvent rentrer chez eux les week-ends, sauf s’ils sont de garde.

CARRIÈRE

  • Le métier d’interprète traducteur n’existe pas en tant que tel dans les services de la Police nationale. Il existe cependant des policiers (concours de gardien de la paix, officier ou commissaire de police) qui maîtrisent une langue étrangère et qui ont effectué un stage spécifique. Ils sont ponctuellement détournés de leur mission principale pour traduire ou interpréter, mais ce n’est pas leur mission première. Les services de police font souvent appel au tribunal de grande instance (TGI) pour mandater un traducteur. Les personnes souhaitant pratiquer uniquement de l’interprétariat et de la traduction sont invitées à prendre contact avec le TGI de leur département qui emploie des traducteurs.

  • Ils peuvent être payés dans le cadre de cette mission spécifique.

  • Il existe trois types de dispositifs :

  • Le contrat ne peut pas être prorogé au-delà de son terme, c’est-à-dire au-delà de 6 années de service actif en qualité d’ADS. Des conseillers en mobilité et carrière sont à la disposition des ADS pour leur donner des informations précises sur les possibilités de reconversion professionnelle au terme de leur contrat. Ces conseillers peuvent être contactés par courriel. Leurs coordonnées sont consultables sur l’onglet action sociale, rubrique mission de reconversion et reclassement (M2RP) du site intranet de la direction des ressources et compétences de la police nationale (DRCPN).
    Il est toujours possible de s’inscrire au concours de gardien de la paix en interne, dès lors qu’à la date de la première épreuve d’admissibilité, le candidat est encore en activité en tant qu’ADS (le contrat peut s’arrêter juste après et ne plus être sous contrat pour l’admission).
    Le concours externe de gardien de la paix leur est également accessible sans condition de diplôme : le candidat devra justifier de 3 ans d’activité dans la même catégorie socioprofessionnelle (cf : question « Qu’entend-on par équivalence de diplôme pour passer le concours de gardien de la paix ? »)

  • Il vous faut préalablement passer un concours (gardien de la paix, officier ou commissaire). A l’issue, de la scolarité, le choix des postes se fait en fonction du rang de classement obtenu. Il est ensuite possible par le biais de mutations internes ou de sélections, d’obtenir un poste dans un autre service et notamment dans un service spécialisé.

    Fiches métiers

AUTRE

  • Certains stages sont possibles avec une convention signée.
    Trois voies sont possibles :

    1. Demander un rendez-vous avec le chef de service du commissariat de son choix. La décision de prendre un stagiaire est à discrétion du chef de service car tout dépend des contingences et de l’importance des missions engagées dans ce commissariat ainsi que du degré de sensibilité.
    2. Demander un entretien avec le chef de la structure de formation (école nationale de police ou centre régional de formation). Ne pouvant héberger les stagiaires, cette structure doit être localisée à proximité du domicile.
    3. Consulter l’unité de promotion recrutement égalité des chances (UPREC), compétente pour la zone géographique où la personne souhaite effectuer son stage, et dont les coordonnées sont consultables sur la carte de France, rubrique les coordonnées des services de recrutement.
  • Il faut prendre rendez-vous avec l’agent de sécurité Intérieur près de l’ambassade de France du pays de résidence. Il existe ensuite des formations possibles soit en venant en France pour un stage, soit des formateurs se déplacent à l’étranger pour enseigner dans le cadre des accords existants entre les états. Les écoles nationales supérieures de la police (ENSP) des commissaires et officiers de police forment chaque année des auditeurs étrangers.

    Plus d’informations

  • La DGSI recrute des experts en toutes spécialités (informatique, psychologie, géopolitique, sociologie traducteurs, etc.). Si vous êtes intéressé par ce type d’emploi, votre demande de candidature est à transmettre à l’état-major de la DGSI à l’adresse suivante :
    etat-major-dgsi@interieur.gouv.fr

  • Le métier de policier est très exigeant. Néanmoins, il est parfaitement possible de concilier vie privée et vie professionnelle.